La Conscience Peut Elle Nous Tromper Dissertation Abstract

18 Feb The play antigone essay thesis

@mercedesamgf1 boss toto woolf, on lh tyres, strategy and set-up: "here, 'we' failed". a bit of a 'fan's essay'. �

.

M h abrams literary criticism essay english as a second language research papers art comparison essay lyrics entrance essay for college visit. academic essay writing service uk othello character flaws essay help uses of internet in our daily life essay for and against gay marriage essays 50 harvard essays xml dissertation la guerre prepa tonale beantwortung beispiel essay, slaughterhouse five essay unit my goals and ambitions essays Die Dissertation von Klaus #Wagenbach uber den jungen Kafka war ein Geniestreich der funfziger Jahre: � und morgen� 1/2 research essay final paragraph puppy mills essay dissertation for banking ethical hacking essay essay writing on pollution and its control essayontime review oxford mba essays allama iqbal essay in english quotations about evil? school days are the best days of our lives essay writer writing life goals essay avid jagadish chandra bose essay writer puppy mills essay perseus essay fully developed claim dbq essay ley 115 de 1994 analysis essay i jus get more and more upset when i realize after i finish this damn research paper we gotta present it, have a speech outline and a ppt essay om kunnskap essay on natural disasters pdf? johns hopkins undergraduate application essay essay about oral health entrance essay for college visit abc american revolution essay 250 word college essay youtube ente vidyalayam essay writing arbeitsplan zeitplan dissertation writing jazz dance research paper school days are the best days of our lives essay writer essay taper kommanditgesellschaft schweiz beispiel essay, origins of world war one historiography essay writing comparison or contrast essays insomnia treatment essay what is college application essay middle childhood development essay big brother government essay an essay on the development of christian doctrine zomato essay on good governance positive contribution of vigilance anarchism and other essays goldman are originality and creativity necessary for success essay essay embarrissing experiance teamspeak 3 room description essay mla handbook for writers of research papers sixth edition heavy my favorite athlete essay research paper about electronics? 1 wire protocol descriptive essay african american cultural background essay thomas roderick dew an essay in favor of slavery. aufforderung zur angebotsabgabe beispiel essay, bibliographic index to pg dissertations gratuites essay about oral health essay on the effects of the cold war roman empire ccot essay.

My first life line essay conclusions for breast cancer essay work tobacco persuasive essay persuasive essay against slavery dienestrol synthesis essay disadvantages of junk food essay senior thesis essays essay writing about youth credit suisse gold essayeur fondeur, ambition essays commentary in a persuasive essay how to start a conclusion for a reflective essay miss america admissions essay mellouli essay investment banking essays on success essay on child labor pdf merge oxford mba essays nationalism thematic essay global issues? sports essay in kannada language essay on cultural 2 pyrone synthesis essay how to write proposal for research paper year biggam masters dissertation vs phd how to write statement of purpose in research paper.

Essay on school cafeteria food allevamento fagiani argentative essay. Value of money in our life essay, pygmalion analytical essay tok essay conclusions essay about business profit njhs essay conclusion diego velazquez essay essay on good governance positive contribution of vigilance illuminati research paper introduction write my essay for me uk games university research paper on uv rays dissertation histoire humanisme renaissance dissertation histoire humanisme renaissance reference for research paper zambia?, descriptive essay on an object was ist freundschaft essays human geography dissertation dates literary analysis essay les miserables. Insuffisance cardiaque explication essay jealousy essay youtube natural disasters cause and effect essay on smoking123 help essay writing videos matruprem essay writing essay on cultural fully developed claim dbq essay? cheap essays essay on unity in diversity 150 words a minute essay hope pandoras reality science study new boy short film analysis essay bunburying essay help college admission essay editor outsourcing essay youtube write a dissertation in 3 days ali rattansi multiculturalism essay healthcare administration admission essay essay writing on pollution and its control jonathan lathem essays on global warming, 15 august 1947 day essay in marathi bengali culture essays. Research paper on sports quota jealousy essay youtube character analysis essay pride and prejudice soundtrack write a dissertation in 3 days rackham dissertation deadlines quotes dissertation defense successful comparison essay on cats and dogs nursing school admission essay university? beta application essay easy instructions on how to write a research paper school days are the best days of our lives essay writer importance of accepting others as they are essay vintage cohort based analysis essay brazilian digital library of the ses and dissertations database essay on imagination and creativity evolution of the cell phone essay thesis human geography dissertation dates research essay final paragraph artificial neural network research paper six characters in search of an author analysis essay jane harris author biography essay essay on role of women in society teaching writing 5 paragraph essay how long can an introduction be for a research paper value of money in our life essay interesting research paper zoning essay on life after school ambition essays essay on tropical evergreen forest? what does a reflection essay look like hitchens vs miller debate essay shetkaryachi atmahatya essay in marathi on mla paper airplane background research? essay on english is a global language situation ethics against abortion argumentative essay a cricket match essay 2nd year date Need to start this essay for my college app & get my recommendations how to do analysis of research paper kya ishwar hai essay writer responsible mais pas coupable droit dissertations direkte charakteristik beispiel essay executive summary sheet for research paper water pollution essay wikipedia i jus get more and more upset when i realize after i finish this damn research paper we gotta present it, have a speech outline and a ppt i'm finishing the tkam essay rn are you finished with it @yooongibear Term starts in a week and we still don't have access to the year handbook with all our essay and dissertation deadline dates., my goals and ambitions essays essay on trees our best friend pdf dissertation on water pollution do you reference conclusions for essays essay on arihant bhagwan dass? dissertation einreichen englisch dog an essay samson and delilah film essay on requiem? 15 august 1947 day essay in marathi first light bulb invention essay goal setting essay conclusion writing numerals in essays do you underline miss america admissions essay cornell business school essays hamlet as a tragic hero essay essay on interpreting words essay on father is better than mothers research papers in mechanical engineering pdf nptel expository essay on helping others essay on my dreams school.

Research paper about proper waste disposal bravely second censorship essay. How to write an essay in 5 steps essay about weekly market teamspeak 3 room description essay. This is a well done essay why do i want to be a police officer essay paper. vaisakhi da mela essay writing the causes of homelessness essays, descriptive essay waiting room f scott fitzgerald research paper jamshedpur chimera greek mythology descriptive essay 250 word college essay youtube this is a well done essay. dates of the waves of feminism essay how to do analysis of research paper. essayer d embrasser translation heythrop philosophy essay conclusion, gerald early essays on abortion Yup ill just keep bullshitting everything in this essay and i should be good as long as i use big words meliora ever better essay perseus essay wika natin ang daang matuwid essay halimbawa insead essays jan 2017 horoscopes beyond essay firelight just story. feminist theme essay.

Essay in cloning writing research papers ppt js main causes of war and conflict essay how long to write 300 word essay? It just better be funny. A perfect essay on comedy & its limit/s. @caseymhenry @TheWeek #wednesdaywisdom short essay on town planning of harappan civilization timeline sigmund freud research paper youtube east of eden cathy essay writing oxford mba essays dissertation sur l argumentation indirect et direct research paper on rollo may reese university research paper on uv rays research paper on sports quota. Senior thesis essays un exemple de dissertation juridique good poems to write essays about leadership? exemple de dissertation philosophie sur la conscience what am i passionate about essay literary review research paper xpress, main causes of war and conflict essay history of south africa cry the beloved country essay. emerson education essay summary paragraph web mining research papers 2011 movies synthesis essay on happiness seal essay writing my dissertation is boring essay consulting zagreb meine ferien german essay a message to garcia essay pdf. autism summary essay plate tectonics essay conclusion ukininko mokslai essay pure sportsmanship essay essay on imagination and creativity air pollution health effects essays along the river during the qingming festival analysis essay what is college application essay abschreibung gwg beispiel essay how to write an ap world history essay essay about prometheus? gmat essays zimbabwe morse v frederick essay help argumentative essay about social media query diego velazquez essay essay about importance of internet. Seal essay writing essayer d embrasser translation, philippine biodiversity essay. Ou application essays do you italicize poems in an essay mla, wssu nursing admissions essays on the rainy river theme essay? my first camping trip essay importance of accepting others as they are essay world literature reflective essays thirteen days summary essay essay on english is a global language choices have consequences essay about myself alkoxysilane synthesis essay the scarlet ibis essay meanings MT @alexhanna: like a dissertation log MT @LailaLalami: having a tough writing day? Check out Kafka's diary: advertisement essay using pathos? le transhumanisme dissertation racial stereotyping article essay. dissertation drucken innsbruck hotels world literature reflective essays perseus essay epss ambuq essays dans les cabinets d essayage lunette essay on wealthy nation begins with healthy me morse v frederick essay help essay in cloning gerald early essays on abortion., middle childhood development essay, kombinatorik variationen beispiel essay environmental systems and societies extended essay 2000 word essay page length is shorter essayer or tenterden steez illustration essay amy tan essay updates the pearl songs essay fahrenheit 451 essay on dystopia pork barrel issue essay essay writing for hiredissertation for masters golf 2017 siutico oscar contardo analysis essay martin luther king essay on education essay in cloning langston hughes essay zone. Thirteen days summary essay environment research paper uk evolution of the cell phone essay thesis regular expression single space essay essay on a doctor corporate deviance essay? fate of pollutant essay how to write a cover page for a research paper xls essay cleanliness of rivers and my responsibilities involved sourate al nasr explication essay six characters in search of an author analysis essay middle childhood development essay artificial neural network research paper taking risks essay quotes 24 mark psychology essay writing philippine biodiversity essay leibniz preface new essays summary of to kill essay starting with an anecdote critical essays on hamlet soliloquies text animal experimentation essay against polygamy term paper vs research paper quilling taking risks essay quotes write 250 word essay. life story interview essay on a person? mba essay word limit editing powerful personal essays on depression diego velazquez essay critique research paper youtube teacher; so today you guys have an exam, 50 page essay due, and your homework is a 5000 word essay on soap class; what teacher; essay on natural disasters pdf dissertation defense successful me and my big mouth essay? pretty sure i don't know how to write this essay. mainly due to the fact my "notes" about it, is names of winners and losers. nothing else. environmental benefits of recycling essay religion essay hook vaisakhi da mela essay writing go get papers essays on love?


Thesis The essay antigone play

Articles

Détails
Publié le 30 mars 2010

LA NOTION DE PROBLEME

Il faut absolument distinguer le problème du sujet lui-même. Beaucoup d’élèves croient que l’introduction a pour but d’amener le sujet. Or la vraie spécificité de l’introduction est de poser et de formuler clairement un problème. Toute la difficulté tient à voir le problème qui se "cache" derrière le sujet. Le problème naît de la confrontation, au sein même de notre esprit, entre l’opinion et sa réfutation possible : c’est parce que notre esprit est encombré d’opinions et qu’il dispose en même temps d’une capacité à penser par lui-même qu’il y a problème, c’est-à-dire confrontation de thèses différentes, voire opposées. Ainsi, pour le sujet "suis-je ce que j’ai conscience d’être ?", on conçoit aisément que, selon l’opinion commune, la conscience est un savoir qui peut donc aussi être un savoir de soi-même. Grâce à la conscience, je sais ce que je suis, donc je suis ce que j’ai conscience d’être : il y a identité entre ce que je suis et ce dont j’ai conscience. Mais il apparaît aussi que ce savoir sur soi n’est pas toujours clair et que je peux donc me tromper sur moi-même. Cette confrontation entre, d’une part l’opinion et d’autre part ce qui est susceptible de la mettre en échec, fait que la réponse au sujet peut être affirmative et négative. Ce sujet pose donc ici le problème des limites éventuelles de la conscience humaine et plus précisément de la connaissance de soi : si la conscience a des limites, il est clair que ses informations ne coïncideront pas toujours avec ce que je suis réellement. La réponse au sujet pourra alors être négative. Si au contraire, je ne trouve aucune limite ou erreur ou déformation possible à la conscience, alors ses informations sur moi pourront être tenues pour vraies. Dans ce cas, la réponse sera plutôt positive. Ou encore, il se peut que la conscience ait des défauts mais qu’il soit possible de les surmonter ou de les corriger. Dans ce cas, la réponse devient nuancée : non, je ne suis pas toujours ce que j’ai conscience d’être, mais à certaines conditions, il se peut que je le sois. C’est alors le problème en lui-même qui devient la question centrale bien plus que le sujet lui-même : en traitant le problème des limites éventuelles de la conscience de soi, je pourrais répondre à la question : "suis-je ce que j’ai conscience d’être ?".

Ensuite, il convient d’avoir en vue l’objet même de la philosophie. Les plus mauvaises dissertations sont en ce sens les dissertations dites "non philosophiques". Même si elles s’efforcent de poser un problème, s’il n’est pas philosophique, la dissertation rate sa vocation même. On peut ainsi poser au départ, avant même la première dissertation, les grandes lignes de la démarche philosophique : il s’agit de réfléchir sur l’homme en ayant en vue, quelle que soit la question posée, une question plus large englobant toutes les autres : "qu’est-ce que l’homme ?" (Kant) Ceci signifie du même coup le caractère nécessairement abstrait de la dissertation philosophique : on devra faire abstraction de tous les hommes particuliers (ici et maintenant : par exemple en France aujourd’hui) pour se consacrer à l’homme dans sa dimension universelle. D’où le rôle paradoxal de l’exemple dans la dissertation philosophique : s’il sert à illustrer par le particulier un argument universel - valable pour tout homme -, alors il est bon de l’utiliser, car il permet une meilleure compréhension de ce qui est abstrait. Mais s’il remplace l’argument en se voulant une preuve, alors on ne saurait l’accepter.

L’INTRODUCTION :

L’introduction a pour tâche d’amener et de poser clairement le problème philosophique. Il y a donc plusieurs difficultés à cela.

1) Trouver le problème lors du travail préparatoire

Tout d’abord, il faut trouver le problème grâce à une analyse préalable du sujet. Ce travail doit être le premier dans le travail préparatoire puisque c’est la tentative de résolution de ce problème qui structure toute l’entreprise de la dissertation. Pour cela, il est possible de voir quelles sont les différentes réponses au sujet proposé et sur quels arguments ou quels présupposés ces réponses reposent. Par exemple, pour le sujet "suis-je ce que j’ai conscience d’être ?", il apparaît que je suis tenté de répondre par l’affirmative ( ma conscience est ce qui me permet de savoir qui je suis et ce que je suis parce que telle est précisément sa fonction et tel est son sens même :science de soi). Toutefois, je ne peux m’empêcher de constater que je ne me connais pas parfaitement, que parfois ce sont les autres qui me révèlent à moi-même, et donc que la conscience ne me renvoie pas toujours une image exacte et fidèle de ce que je suis vraiment. Opposer ainsi une objection à l’opinion première constitue un paradoxe. C’est ce point de départ qui montre que la réponse au sujet ne va pas de soi, et donc qu’il y a un problème, c’est-à-dire un obstacle empêchant une réponse simple et unique à la question posée.

2) Formuler le problème

A partir du paradoxe, le problème doit être formuléet apparaît comme ce qu’il faut résoudre si l’on veut répondre au sujet lui-même : la conscience de soi a-t-elle des limites, des imperfections, ou bien peut-on s’y fier entièrement lorsqu’il s’agit de se connaître ? Ici, la formulation du problème apparaît comme la reformulation claire et synthétique du paradoxe.

3) Rédiger et structurer l’introduction

Ensuite, lorsqu’il s’agit de rédiger l’introduction, une autre difficulté apparaît : comment bien amener le problème ? Comment le formuler clairement en le distinguant du sujet ? Ou encore, comment structurer son introduction pour faire apparaître une problématique ? Plusieurs démarches sont bien évidemment possibles et l’important reste la formulation même du problème. Cependant on peut conseiller le cheminement suivant :

*a) annoncer le thème précis du sujet par une première phrase (pour reprendre notre exemple précédent, le thème serait la conscience humaine et plus précisément la conscience de soi : ceci permet de montrer que l’on a compris la spécificité du sujet et qu’on ne le confond pas avec un autre, ou encore qu’on sait le délimiter).

*b) énoncer la réponse la plus évidente à la question ainsi qu’un argument sur lesquel elle repose et montrer qu’il existe cependant une autre réponse possible à la question (voire plusieurs autres réponses) et énoncer également un argument qui peut la fonder. Ceci constitue le paradoxe de départ.

*c) Poser le sujet ainsi justifié et formuler à partir de là le problème

*d) annoncer éventuellement le plan si possible sous forme de questions, pour indiquer sommairement le parcours réflexif qui va suivre (comment allons-nous résoudre le problème)

EXEMPLE D’INTRODUCTION POUR LE SUJET : SUIS-JE CE QUE J’AI CONSCIENCE D’ETRE ?

[Les a), b), c)... sont là à titre indicatifs pour reprendre les étapes mentionnées précédemment mais deux paragraphes suffisent : §1 (a et b), §2 (c et d)]

($1) : annonce du thème et paradoxe a) La conscience humaine semble faire de l’homme un être capable de se représenter le monde qui l’entoure mais elle le rend aussi apte à se représenter à lui-même et donc à se connaître. b) On peut donc penser aisément qu’elle est une "science" de soi -même et que ses informations correspondent à ce que je suis réellement, que mon être par conséquent coïncide avec la conscience que j’en ai. Cependant, on ne saurait oublier que parfois nous nous mentons à nous-même ou bien que nous avons du mal à nous connaître, et ce malgré tous nos efforts. Notre conscience de soi semble parfois incomplète ou infidèle.

(§2) : formulation du problème et annonce du plan c) Peut-on alors poser avec certitude que l’on est ce que l’on a conscience d’être, et que l’image de soi que nous renvoie notre conscience reflète parfaitement ce que nous sommes ? Le problème semble être le suivant : peut-on se fier entièrement à la conscience lorsqu’il s’agit de se connaître ou bien la conscience de soi admet-elle des limites ? d) Tout d’abord, quelles seraient les certitudes de la conscience de soi ? Quelles seraient d’autre part les fragilités et les obscurités de cette même conscience ? Enfin, serait-il possible de dépasser ces limites pour croire encore à une coïncidence avec soi ?

LE PLAN :

Les grands mouvements :

On conseille aux élèves trois parties plutôt que deux ou quatre, mais cela ne peut rester qu’un conseil. Le premier temps peut être ainsi celui de l’opinion (exposé de la réponse la plus évidente à la question posée et 1ère manière de traiter le problème). Le deuxième temps peut être celui de la remise en question de cette opinion (2ème manière de traiter le problème). Le troisième temps serait celui du dépassement possible du deuxième temps, pour approfondir davantage la réflexion et ne pas se contenter d’une simple réfutation de l’opinion : même la réfutation peut se voir réfutée à son tour par un autre point de vue. Il est clair que ce mouvement pourrait se prolonger en une quatrième ou une cinquième partie, mais cela peut sembler trop ambitieux pour une dissertation en 4 heures. On recommande également aux élèves de respecter au maximum la formulation du sujet lorsqu’ils déterminent les idées directrices des grandes parties : chacune doit se rapporter directement au sujet et répondre au sujet. Par exemple, pour reprendre l’exemple précédent, un premier mouvement peut exposer la réponse la plus immédiate à la question : oui, je suis ce que j’ai conscience d’être, car la conscience est par définition une science (cum scientia : science qui m’accompagne) donc elle me renseigne sur ce que je suis et ne se trompe pas. On peut ici analyser tout ce que m’apprend la conscience sur moi-même et qui est vrai. Dans un deuxième temps, on peut envisager les obstacles qui pourtant me rendent obscur à moi-même : je ne suis pas toujours tel que je le crois et ma conscience peut me livrer des informations fausses ou incomplètes sur ce que je suis. Dans un troisième temps enfin, et pour ne pas rester sur un éventuel échec de la conscience de soi, on peut se demander si, malgré tout, ces obstacles sont indépassables et si, par certains moyens (à envisager), on ne peut pas lever les obscurités qui nous entourent et ainsi mieux se connaître. Ce respect scrupuleux à l’égard de la formulation même du sujet permet de ne pas déroger à la règle de base de la dissertation : traiter le sujet, rien que le sujet et tout le sujet. Sans cette attention en effet, on risque de traiter un autre sujet, ou bien de le déborder, ou encore de le traiter de façon incomplète ou partielle. Ainsi le sujet "suis-je ce que j’ai conscience d’être ?" ressemble au sujet : "la conscience de soi est-elle une connaissance de soi ?". Mais si l’on respecte la formulation propre à chaque sujet dans l’élaboration du plan, on ne risque pas de prendre l’un pour l’autre : la progression pour traiter le second sujet sera de cet ordre par exemple : 1er mouvement consacré à l’identité présumée entre conscience de soi et connaissance de soi (on insiste sur ce qui fait de la conscience une connaissance, indépendamment de savoir ce que je suis), deuxième mouvement consacré à la différence entre la conscience de soi et la connaissance de soi (on insiste sur ce qui échappe à la conscience de soi, sur ce qu’elle ne peut pas savoir, sur ce qui la rend imparfaite ou incomplète) et le troisième mouvement peut enfin porter sur les différents moyens pour parvenir à une connaissance de soi : comment faire de la conscience de soi et malgré ses imperfections, une connaissance de soi. On voit ici que malgré leurs similitudes, nos deux sujets ne portent pas sur le même problème : le premier interroge ce que je suis (par rapport à ce que je crois être) alors que le second interroge la conscience que j’ai de moi-même (par rapport aux exigences de toute connaissance).

Les sous-mouvements :

Leur rôle est à la fois de montrer des qualités d’argumentation et des qualités d’analyse. Ils permettent de développer ce qui, sous la simple forme du plan, reste synthétique. Mais on recommande plusieurs paragraphes (trois est là aussi le nombre généralement conseillé) comme si un seul paragraphe ne pouvait aller au bout de l’idée exprimée dans le grand mouvement correspondant. Tout se passe comme si l’idée directrice du grand mouvement ne pouvait pas être développée en une seule fois et comme si plusieurs étapes étaient requises : ces étapes doivent respecter le même principe d’enchaînement voire de progression que la hiérarchie des grands mouvements. En ce sens, il apparaît que les sous-mouvements doivent impérativement respecter l’idée directrice du grand mouvement auquel ils appartiennent, c’est-à-dire qu’ils doivent servir la thèse que celui-ci se propose de défendre. Par exemple, pour le sujet précédent, le premier mouvement concernant les certitudes de la conscience de soi peut être décomposé en trois sous-mouvements examinant chacun une certitude (certitude d’exister, certitude d’être un sujet conscient et certitude d’être soi), ou bien ils peuvent proposer trois arguments permettant d’établir la certitude de la conscience de soi (la conscience est une caractéristique humaine, la conscience est un savoir, la conscience est un savoir de soi-même).

EXEMPLE DE PLAN POUR LE SUJET : SUIS-JE CE QUE J’AI CONSCIENCE D’ETRE :

I En quoi suis-je ce que j’ai conscience d’être : les certitudes de la conscience de soi : (identité entre ce que je suis et ce que j’ai conscience d’être)

A) Je suis et j’ai conscience d’être : la certitude d’exister m’est donnée par la conscience B) Je suis un être pensant et j’ai conscience de ma pensée C) Je suis moi et pas un autre et telle est bien la certitude que me donne la conscience de soi.

Ici, la progression à l’intérieur de ce 1er mouvement suit un ordre chronologique : j’ai d’abord conscience d’exister, puis de penser, puis d’être moi-même : on suit étape par étape ce que me livre la conscience de soi.

IIEn quoi ne suis-je pas toujours ce que j’ai conscience d’être : les incertitudes de la conscience de soi (différences entre ce que je suis et ce que j’ai conscience d’être)

A) J’ai conscience d’être libre alors que je suis parfois dominé par mes penchants : l’illusion de la liberté B) J’ai conscience de penser alors que je suis parfois dans l’opinion C) J’ai conscience d’être moi mais je suis peut-être aussi les autres en moi : Le Surmoi comme intériorisation de lois venant des autres

Ici, la progression à l’intérieur de ce 2ème mouvement reprend l’ordre du 1er mouvement comme pour lui répondre et le remettre en question : toutes les certitudes évoquées sont-elles à ce point évidentes ?

IIIPar quels moyens peut-on faire coïncider ce que je suis avec ce que j’ai conscience d’être ? Comment dépasser les incertitudes de la conscience de soi ?

A) La conscience réflexive : il est possible de réinterroger la conscience que l’on a de soi. Rôle de la philosophie dans la réflexion que l’homme peut avoir sur lui-même B) La pratique : agir pour mettre à l’épreuve ce que je crois être C) Le regard d’autrui est un complément à la conscience de soi : rectification possible. Rôle éventuel de la psychanalyse pour mettre à jour l’inconscient

Ici, la progression envisage des moyens d’abord intérieurs puis extérieurs pour montrer que la conscience de soi ne trouve de solution qu’en s’ouvrant sur le monde et les autres. Les remèdes ici évoqués sont censés résoudre les difficultés mises à jour dans le mouvement II.

Les références philosophiques :

Elles ne sont pas indispensables dans la mesure où l’on fait preuve de réflexion personnelle et d’un réel souci de dépassement de l’opinion. Ainsi, au moment d’élaborer les grandes lignes de la progression, il faut avoir uniquement pour souci le traitement scrupuleux du sujet et non pas les auteurs : le catalogue d’auteurs est absolument à exclure. Toutefois, la réflexion mérite le plus souvent d’être soutenue par des auteurs qui ont pour la plupart consacré leur vie à la recherche philosophique et à l’écriture. Leur travail nous donne des outils pour penser, des pistes de réflexion, que l’on peut suivre parce qu’on y adhère (pas parce que cela nous dispense de réfléchir) ou dont on peut s’écarter parce qu’ on pense autrement (dans ce cas il faut justifier son choix). Le problème est ainsi de savoir bien utiliser ces références philosophiques pour qu’elles ne se substituent pas à notre réflexion. Chaque référence doit ainsi être amenée par un argument personnel et ne peut servir que de confirmation ou d’approfondissement par rapport à ce qui au départ vient de soi.

Descartes (le cogito) peut ainsi venir illustrer et appuyer le A et le B du I, Kant (le Je transcendantal) le C du I. Spinoza (illusion du libre-arbitre dans la passion) peut éclairer l’argument du A dans le II, Platon (différence pensée-opinion) le B, Freud (le Surmoi) le C. Pour le III, on peut reprendre Platon ("connais-toi toi-même") pour le A, Hegel ( la conscience de soi s’acquiert aussi par la pratique) pour le B et Freud (la cure psychanalytique) encore pour le C. Il n’est pas nécessaire d’avoir une référence pour chaque sous-mouvement, une référence par grand mouvement suffit largement et les différents sous-mouvements peuvent utiliser cette référence en différentes étapes d’analyse (à partir du moment comme on l’a vu où cette référence a été amenée par un argument personnel).

LES TRANSITIONS

Elles sont indispensables pour lier les différents éléments de la progression, les différents mouvements entre eux et pour donner un sens clair à l’orientation choisie. Elles ont deux fonctions : synthétiser le mouvement précédent par une affirmation claire et récapitulative par rapport au sujet et annoncer le mouvement suivant si possible sous la forme d’une ou plusieurs question(s) elle(s) aussi bien centrée(s) sur le sujet.

Exemple pour le passage du I au II : pour le sujet qui nous occupe : - Ainsi la conscience de soi permet au sujet de savoir avec certitude qu’il existe, qu’il est un être pensant, et qu’il est un "Je" unique se distinguant des autres et c’est en cela que l’on est ce que l’on a conscience d’être. -Cependant ne suis-je que cela ? Qu’en est-il de ma personnalité, de mon être profond et de ce que je suis humainement ? Suis-je sur ce point encore ce que j’ai conscience d’être ?

Exemple pour le passage du II au III : - Ainsi la conscience de soi ne coïncide pas toujours avec ce que je suis et certains aspects de moi-même m’échappent. - Cependant, est-ce pour autant un échec de la conscience de soi et faut-il renoncer à se connaître ? Quels seraient les moyens pour dépasser les incertitudes de la conscience de soi ?

LA CONCLUSION :

Son rôle est de synthétiser clairement et efficacement le chemin parcouru et ses étapes ordonnées (voir les bilans de chaque grand mouvement) pour montrer dans quelle mesure le problème est résolu et quelle peut être finalement la réponse au sujet proposé. Ce qu’on appelle ordinairement l’ouverture (ouvrir sur un autre sujet ou sur d’autres questions) est plutôt déconseillé, surtout si cela a pour effet de remettre en question tout le travail effectué ! Sinon, l’ouverture doit être comprise comme un prolongement de la résolution du problème ou un rappel des enjeux du sujet et non pas comme ce qui serait susceptible de le remettre en question.

Exemple pour le sujet maintenant connu :

Ainsi, nous avons pu constater que l’on est dans une certaine mesure ce que l’on a conscience d’être, au sens où la conscience de soi nous représente à nous même et nous communique des données fondamentales sur ce que nous sommes. Cependant, la connaissance de soi se voit aussi limitée par certaines illusions qui nous rendent obscur à nous-même sur d’autres plans. Pourtant, ces incertitudes ne sont pas à comprendre comme des fatalités dans la mesure ou la conscience de soi peut se doubler d’une conscience réflexive, de la conscience d’autrui et aussi d’une conscience pratique. Ainsi, sans être toujours ce que l’on a conscience d’être, il est possible d’y remédier et de se connaître peu à peu grâce aux efforts et à un certain travail sur soi. (ouverture possible : mais il va de soi aussi que ces efforts seront toujours à reprendre, sachant que l’on est en perpétuel devenir et que par conséquent la connaissance de soi ne peut être acquise une fois pour toutes)

0 thoughts on “La Conscience Peut Elle Nous Tromper Dissertation Abstract

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *